Le terme "tests exploratoires" est souvent mal utilisé et mal compris. Il faut comprendre leurs différences par rapport à des tests ad hoc.

Les tests ad hoc sont typiquement aléatoires et impliquent «jouer avec une application». Il manque d'intention ciblée et est habituellement sans papiers. Les tests exploratoires, d'autre part, utilisent et captent des informations pour guider, apprendre et susciter des idées avec d'autres. Les tests ad hoc peuvent trouver des bugs, mais ne découvrent pas les modèles, les opportunités et les risques, comme les tests exploratoires peuvent.

Les tests exploratoires nous permettent d'explorer, bien au-delà de la seule application, pour découvrir ce qu'est un produit et ce qu'il pourrait être. C'est une manière fantastique pour une équipe de se connecter sur ce qu'elle construit.

1. Commencez par le Pourquoi ?

"Les gens n'achètent pas ce que vous faites, ils achètent pourquoi vous le faites, et ce que vous faites simplement sert de preuve de ce que vous croyez" (Simon Sinek) Simon Sinek nous invite à commencer par le pourquoi. Notre cerveau limbique est responsable des sentiments tels que la confiance et la fidélité. À qui vendons-nous? Quelles sont leurs motivations? De quoi leur soucient-ils? Quels sont les problèmes auxquels ils sont confrontés?

1_awesome_exploratory_testing_start_with_the_why.png

2. Un sens important de la terminologie

Voici quelques bons endroits pour apprendre les tests exploratoires.

  • James et Jon Bach ont développé la gestion des tests par session (SBTM) comme méthode de mesure et de gestion des tests exploratoires.
  • http://www.satisfice.com/sbtm/
  • Si vous êtes toujours confus : “10 manières d'essais exploratoires mal faits” de Tony Bruce.
  • https://dancedwiththesoftware.blogspot.fr/2011/04/10-ways-to-do-exploratory-testing-badly.html

    Il y a un mot sous-jacent qui relie la terminologie : "apprentissage". Les tests exploratoires sont de l'apprentissage. Apprendre ce qui est et ce qui pourrait être. En ce qui concerne notre perception du monde, ce qui nous attend et comment cela influence les choix que nous faisons. C'est apprendre ensemble à créer de meilleurs produits. Il crée un environnement qui permet une boucle continue : "tester est apprendre".

    2_testing_is_learning_loop.png

    3. Faites attention à ce que vous capturez et partagez

    Les tests exploratoires ne signifient pas les tests sans papiers. Nicola Owen nous rappelle que nous devrions utiliser la documentation d'essai pour partager des informations. Ces jours-ci, je regroupe les découvertes en quatre catégories: problèmes, questions, idées et éloges (PQIP).

    D'après Simon Tomes (Qeek)
    https://dojo.ministryoftesting.com/lessons/three-digestible-diagrams-to-describe-exploratory-testing